L’avant-scène

L'avant scène

La maison se blottit derrière une garde serrée de persistants. Lorsque l’hiver
pince si fort que l’on reste à l’abri de la terrasse, ils sont là, fidèles et si beaux avec leur parure de neige ou de givre.
Parfois, devant leur constance, on se surprend à rêver d’éternité...
La glycine et le rosier « Gloire de Dijon » rivalisent de précocité. « Ghislaine de Féligonde » prendra la relève.
Au printemps, lorsque tous les choisyas sont en fleurs, la tête nous tourne de plaisir. Le vent semble apporter tous les parfums d’un sud lointain.