La roseraie

La roseraie

Ce premier jardin est une dédicace. Un hommage ébloui et déférent à la fleur souveraine dont c’est ici la demeure exclusive. Elle est si belle ! Une seule peut suffire...mais laquelle ? Celle-ci avec ses cinq pétales ? Ou bien cette autre, énorme, et qui s’effeuille à l’infini ? En juin sa robe de soie resplendit, son parfum nous étourdit, mais lorsque le temps l’a déshabillée, il lui reste la beauté de ses aiguillons, son port altier, les couleurs douces de son bois et la parure de son feuillage.

Tous les sens succombent à ses enchantements. Elle nous grise, nous transporte. Ne vous hâtez pas ! Attardez vous un peu en sa compagnie. Là, tout près, la fontaine fredonne, le vent, à l’unisson, ébouriffe les cheveux fous des nymphes rieuses et le grand Pan soupire dans sa retraite. Laissez-vous bercer un moment encore et encore, puis, lorsque vous serez comblé, entrez dans le jardin lunaire.